Créer son propre rituel

J’ai rédigé ce tutoriel lorsque j’ai pris mes fonctions au sein de l’équipe de gestion de l’Alliance Magique, souhaitant mettre ma « patte » parmi les nombreuses sections dont j’avais la charge.
En effet, il arrivait fréquemment que des membres nous demandent des rituels, ou nous questionnent sur la manière dont ils doivent concevoir et gérer les leurs.
Ainsi, face à la demande et afin de respecter la politique du forum, j’ai alors décidé de créer ce tutoriel qui n’a évidemment pas pour but de d’être exhaustif quant aux éléments, ingrédients, matériel à utiliser, mais de vous offrir quelques clefs pour mettre au point vous-même votre propre rituel, plutôt que de pomper tout ce qu’on peut trouver d’aberrant à droite et à gauche.

I – Déterminer le moment :

La phase lunaire, le jour, et l’heure à laquelle vous effectuerez votre rituel ont un impact majeur sur le résultat de celui-ci, ainsi, je vous encourage vivement à réfléchir de façon sérieuse au moment auquel vous allez pratiquer selon les objectifs de votre rituel.
Pour un rituel de protection par exemple, on choisira un jour de lune croissante, ou encore mieux un jour de pleine lune, tandis qu’on préférera la lune décroissante pour des actes de bannissement en tout genre (le bannissement regroupe l’éloignement de personnes néfastes par exemple, mais aussi des actes visant à se débarrasser de mauvaises habitudes, d’addictions, ou d’obstacles en général).
Concernant les jours et les heures propices, vous trouverez aisément les correspondances planétaires en fouinant un peu, que ce soit dans des livres ou sur internet. Je posterai peut-être dans l’avenir des articles sur le sujet.

II – Choisir son matériel :

Le choix du matériel que vous utiliserez dépendra de l’objectif de votre rituel, et bien entendu ce matériel devra être préalablement purifié et consacré. De nombreux outils peuvent être utilisés, en voici néanmoins quelques uns que l’on retrouve de façon récurrente, voir systématique pour certains :

– L’encensoir et l’encens : lorsque vous décidez de vous lancer dans une pratique rituelle de la magie, l’encens devient quasiment indispensable. Tout d’abord car il vous permet, par l’odeur dégagée, de vous mettre dans l' »ambiance », mais il modifie surtout dans le sens de votre action, et selon ses qualités intrinsèques, vos vibrations énergétiques, ainsi que celles vous entourant.
Pour faire simple, choisir son encens pour un rituel, c’est comme chercher la bonne fréquence pour écouter une station radio.
Il sera donc primordial de faire le bon choix quant à l’encens à utiliser, et là encore, les sources ne manquent pas afin de vous aider à trouver ce que vous cherchez selon votre but.
A noter qu’en tant qu’encens universel, l’Oliban pourra, dans de nombreux cas, remplacer n’importe quel encens lors d’un rituel.

– Les bougies : il est là encore indispensable dans la plupart des rituels de disposer d’un ou plusieurs bougeoirs, selon le nombre de bougies dont vous aurez besoin, c’est à vous de juger (une ou deux suffisent dans la plupart des cas).
La couleur de la bougie sera ceci-dit déterminante : ainsi, on utilisera des bougies blanches pour des rituels d’évocation, de protection, etc… des bougies rouges pour les rituels d’amour, des vertes pour les rituels liées à l’argent ou à la prospérité, des brunes pour les bannissements légers, des noires pour les bannissements plus lourds, la liste des correspondances et longues, et encore une fois, le but ici n’est pas de dresser la liste en question.

– Le calice : un peu moins indispensable, mais très fréquent, de nombreux rituels nécessitent une coupe d’eau de source ou d’eau bénite, voire de vin ou d’autres liquides.

– Le sel : autre élément important, le sel, proviendra de préférence de la terre (puisqu’il est censé représenter cet élément), et sera bien entendu consacré avant son utilisation. On parle donc de sel non raffiné (sel de guérande, sel gemme, ou autres mais beaucoup plus chers)

– Le chaudron : le chaudron s’avère extrêmement utile lorsqu’il s’agit par exemple de brûler des plantes, ou même des feuilles de parchemin au cours du rituel. Ces éléments seront alors jetés dans le chaudron au fond duquel on aura placé préalablement un charbon ardent.

– Le pentacle : élément selon moi indispensable à la pratique rituelle, il offre le double avantage de servir de protection et de catalyseur des énergies déployées.

Beaucoup d’autres outils rentrent dans la pratique de la magie comme l’athamé, la baguette, des cordes, etc… le but ici étant davantage de vous fournir une indication quant à la manière de concevoir votre rituel, je ne m’étendrais pas plus à ce sujet.

Vous pouvez consulter la section consacrée aux outils magiques, j’y posterai régulièrement des articles dédiés à chacun

III – Le cercle magique :

Cela semble évident, mais je le rappelle malgré tout, que toute pratique rituelle doit de préférence être accompagnée d’un cercle magique qui sera formé au début, et ouvert à la fin, pour des raisons de protection principalement (le cercle forme en effet une bulle protectrice, l’intérieur étant énergiquement « coupé » de l’extérieur), mais aussi afin de canaliser l’énergie qui ainsi ne se dissipera pas à tout va.

Là encore, j’ai prévu d’écrire un article consacré au cercle magique.

IV – La procédure :

La partie la plus délicate, certainement la plus longue à élaborer. Je vous direz simplement que c’est à vous de savoir comment vous souhaitez conduire votre rituel. Néanmoins, vous pouvez inclure (pas forcément tous, et dans l’ordre que vous souhaitez) les axes suivants.

– Une méditation et une visualisation de votre objectif, d’au moins quelques minutes. Je ne m’arrête pas davantage sur cette étape, non pas qu’elle n’est pas importante, en fait elle est indispensable et primordiale, mais tout simplement parce que ça sort totalement du cadre de cet article, et une fois de plus, il faudrait un article complet pour l’appréhender ne serait-ce qu’un tout petit peu. Vous pourrez également trouver ailleurs de nombreux livres ou articles traitant du sujet et initiant à la visualisation et la projection par des exercices sérieux. N’hésitez pas à me demander conseil pour obtenir des sources fiables.

– Une incantation, et pourquoi pas un appel à certain(e)s dieux/déesses d’un panthéon de votre choix. Vous pouvez d’ailleurs tout à fait inscrire cette incantation sur un parchemin que vous brûlerez ensuite dans votre chaudron.

– Vous pouvez également brûler dans ce même chaudron des plantes dont les propriétés vont dans le sens de votre objectif, tout en visualisant l’accès à votre but.

Tout ceci n’est qu’une piste, beaucoup d’autres choses peuvent être faites selon vos goûts, vos croyances et votre expérience.

– La charge des plantes (activité préalable au rituel très importante).

V – Finaliser le rituel :

N’oubliez pas à la fin de votre rituel de remercier les entités éventuelles invoquées, les éléments, et d’ouvrir votre cercle. Si vous avez fait appel à des divinités, une offrande sera la bienvenue après coup, selon les préférences de la divinité en question bien entendu.
Essayez par la suite de ne pas trop penser à votre rituel, d’en parler le moins possible. Vivez normalement et laissez faire les choses.

Cette ébauche de tutoriel touche à sa fin, tout ceci est peut-être un peu confus, mais si vous avez des questions ou des suggestions, n’hésitez pas, je reste à votre disposition.

PS : Ce tutoriel vise à présenter les étapes nécessaires à l’élaboration d’un rituel conçu d’une manière précise, que beaucoup de gens utilisent, mais qui est loin d’être la seule voie possible. En effet, selon les lieux, les traditions et les croyances, beaucoup de rituels ne ressemblent pas du tout à la démarche que je décris ici, certains n’utilisant absolument aucun outils, tandis que d’autres auront recours à des techniques sur lesquelles j’ai fait l’impasse.

 

Auteur : Shaël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *