Les phases de la lune

Les phases de la lune

Depuis la confusion entre les cycles de la lune et sa position autour de la terre jusqu’à l’utilisation des phases de la lune en magie, un petit article qui j’espère pourra vous éclairer.

Lune montante/descendante et lune croissante/décroissante

Les phases de la lune sont très couramment utilisées en magie, rituelle ou non, mais avant de rentrer dans le vif du sujet, il me semble indispensable de consacrer une partie de cet article à la différence entre la lune croissante ou décroissante et la lune montante ou descendante. Déjà parce qu’il y a souvent beaucoup de confusion à ce sujet, mais surtout car cette confusion peut directement impacter votre pratique.

Je ne vais pas rentrer dans des détails scientifiques car ce n’est pas le sujet, donc tâchons de faire simple. Ce que l’on appelle une lune montante ou descendante correspond à la position de la lune par rapport à la terre. Ainsi on dira qu’elle est montante lorsqu’elle se rapproche de la terre, et descendante lorsqu’elle s’en éloigne. Au final c’est plutôt simple non ?

Pour ce qui est du reste, il existe plusieurs phases de la lune : pleine, nouvelle (ou noire), croissante (divisible en quartiers) et décroissante (divisible en quartiers là aussi). Bon clairement en magie (sauf astrologie), on ne s’occupera pas des quartiers. Ce qu’il faut retenir en gros, c’est que si vous partez d’une nouvelle lune (ou lune noire), et après cette phase là, vous serez en lune croissante jusqu’à atteindre la pleine lune. Passée cette dernière, vous vous retrouvez en lune décroissante jusqu’à atteindre à nouveau la nouvelle lune, et ce sur un cycle de lunaison classique à savoir précisément 29 jours, 12 heures et 44 minutes ; mais ce sont des détails, l’essentiel n’est pas si compliqué.

Ce qu’il faut retenir pour faire simple c’est que ce que l’on appelle lune montante ou descendante correspond à la position de la lune par rapport à la terre, tandis que ce que l’on appelle lune croissante ou décroissante correspond à son cycle (qui correspond à peu de choses près à 1 mois) et c’est ça qui nous intéresse.

Maintenant que cette confusion, qui revient souvent, a été éclaircie, on peut passer à la pratique !

À quoi servent les phases de la lune en magie ?

Bon alors là c’est un vaste sujet, et j’avoue que je me pose moi-même souvent la question, n’utilisant que très peu les phases de la lune dans ma pratique quotidienne. Cela dit, certains les maîtrisent très bien avec succès et il est vrai que ça peut donner des résultats, c’est vraiment une question de pratiques et d’affinités selon moi.

En fait, l’utilisation des phases de la lune en magie repose sur l’idée que notre satellite naturel va avoir un impact direct sur notre pratique en fonction de son cycle. C’est quelque chose qui se défend, et après tout, si cet astre est capable de provoquer des marées, pourquoi ne pourrait-il pas avoir une influence sur une pratique énergétique quelle qu’elle soit ?

Ainsi, de nombreux rituels voire même pas mal de pratiques magiques non rituelles préconisent une utilisation lors de phases de la lune très particulières pour être pleinement efficaces, et c’est ce que l’on va détailler tout de suite.

Comment utiliser les phases de la lune en magie ?

Je vais être assez bref là-dessus parce que, comme je le dirai plus loin, je n’utilise que très rarement les phases de la lune dans ma pratique, et au fond, même si on souhaite les y incorporer, je crois que l’on peut se contenter de quelques éléments essentiels et assez simples.

Donc en partant là-dessus, on recommandera généralement une lune croissante pour des rituels d’évocation, des pratiques positives, etc… une pleine lune est même souvent conseillée, sachant également que cette dernière est l’idéal pour le rechargement des pierres (qui se rechargent à l’énergie lunaire évidemment).

Pour ce qui est de la lune décroissante, elle est est essentiellement conseillée pour les rituels ou les pratiques de bannissement, voire d’autres choses plus sombres.

Enfin, en ce qui concerne la lune noire (la nouvelle lune), il m’est arrivé de lire qu’il était déconseillé de pratiquer dans cette période, mais je ne suis pas du tout d’accord avec ce principe, je m’explique : si la pleine lune est l’apogée des rituels d’évocation et de toutes les forces positives que l’on peut en tirer, la nouvelle lune devrait être, à mon sens, l’apogée pour tout ce qui concerne des pratiques de bannissement (sans nécessairement faire de mal hein, je l’ai déjà dit souvent mais le bannissement n’est pas quelque chose de « mauvais ») ou pour d’autres pratiques (qui là pour le coup sont un peu plus discutables, mais ça n’est pas le sujet).

Est-il indispensable d’utiliser les phases de la lune dans sa pratique ?

Je crois que l’on va terminer avec une réponse assez courte dans la mesure où, puisque je n’ai pas cessé de dire dans cet article que je n’utilisait que très peu les phases de la lune dans ma pratique, vous avez déjà dû comprendre par vous même que ça n’était pas indispensable.

Alors évidemment, pour certains rituels très complexes, je reconnais que ça peut être un appui non négligeable, mais à mon sens, les phases de la lune sont à ranger dans la même catégorie que n’importe quel matériel magique, c’est-à-dire qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’un catalyseur supplémentaire.

J’entends d’ici certains de mes confrères hurler, et encore une fois je reconnais que pour des rituels très complexes, c’est un appui certains, mais ce que je veux dire c’est que comme pour la plupart du matériel physique, c’est quelque chose dont on peut, selon moi, se passer à haut niveau dans 90% des cas. Après est-ce qu’un débutant doit passer du temps à étudier cela (au risque de perdre du temps pour le reste, mais à y gagner en efficacité à court terme) ? Je ne sais pas. Très honnêtement, je pense que c’est très individuel, et circonstanciel.

Auteur : Shaël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *