Progresser et se dépasser en magie

Progresser et se dépasser en magie

Une introduction nécessaire

Bon, je ne vais pas y aller par quatre chemins, si cette introduction me paraît nécessaire, c’est parce que tout ce qui va suivre est (et n’est que) le résultat de ma propre pratique et de ma propre expérience dans le domaine. Donc même si j’ai pratiquement 9 ans de pratique derrière moi, au final, ça n’est que mon propre reflet, et il est évident que ça ne peut pas forcément convenir à tout le monde.

En plus de cela, je m’attends bien entendu à recevoir les foudres de certains de mes confrères ou consœurs mais, d’une je m’en fiche puisque je suis totalement transparent, et de deux je suis prêt à répondre à n’importe quelle objection.

Et encore une fois, je retrace ici mon propre parcours, qui vise selon moi à atteindre l’une des formes de magie les plus épurée, mais je ne fais aucun prosélytisme, c’est franchement pas mon genre, alors prenez ça sérieusement si ça vous branche et sinon, considérez cet article comme un simple partage !

L’étude de la magie

À mon avis ça va de soi mais tant pis, je vais enfoncer des portes ouvertes : il va de soi qu’avant de progresser correctement en magie et de dépasser complètement, il va vous falloir étudier à la fois sérieusement et longtemps.

Cette étude peut être longue et fastidieuse, et je vous annonce tout de suite qu’elle se poursuivra constamment, sur des années, et ce même lorsque vous aurez acquis un haut niveau.

Pour commencer, je ne peux que vous recommander certains classiques comme Le chemin de la véritable initiation magique de Franz Bardon pour l’essentiel, ou l’Encyclopédie des plantes et des pierres magiques et thérapeutiques de Lise-Marie Lecompte pour ce qui concerne ce sujet, mais plus généralement, je vais étoffer la section bibliothèque du blog donc n’hésitez pas à vous y référer.

Dernier conseil : si vous vous sentez instinctivement attirés par une voie, essayez d’approfondir au maximum celle-ci (et au besoin n’hésitez pas à me demander des références). Si ça n’est pas le cas, rien ne vous empêche de pratiquer une magie totalement éclectique, c’est potentiellement tout aussi efficace !

La pratique de la magie et la réalité du terrain

Bon, vous avez passé plusieurs mois voire plusieurs années à étudier, et on ne va pas se le cacher, vous avez aussi tenté quelques trucs avec plus ou moins de succès, même sans y être complètement préparés (mais si, mais si, pas à moi hein!). Alors là je vais citer Morpheus dans Matrix, oui ça peut paraître bizarre, cela dit non seulement c’est approprié, mais en plus, Matrix est un film très étudié en philosophie, d’autant que cette théorie de la matrice remonte aux années 50, soit bien avant le film. Donc la citation en question : « il y a une différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin ». C’est valable pour beaucoup de choses, et particulièrement en magie.

En effet,vous allez très vite vous rendre compte que certains de vos acquis théoriques ne tiennent pas forcément la route, voire ne fonctionnent pas du tout, tandis que certaines choses dont vous ne soupçonniez même pas l’existence s’ouvrent désormais à vous. Eh bah ouais, c’est la différence entre les bouquins et la véritable pratique sur le terrain, quand on est face à l’horreur ou à la beauté, au doute ou à la certitude de quelque chose que l’on avait pas envisagé, c’est pour cette raison qu’il est à mon sens essentiel, dès lors que vous avez les bases minimum, de vous frotter au terrain, quitte à vous casser la gueule et à vous faire mal, on a tous commencé comme ça et, bien plus, on a tous appris énormément de choses de cette manière.

Alors j’ai bien conscience que « se lancer » peut paraître effrayant, mais pour moi l’expérience du terrain reste la seule valable et susceptible de vous faire progresser. Pour les plus réfractaires, je vous renvoie à mon article Faut-il avoir peur de la magie rituelle ? Bien que mon discours ne s’applique pas qu’à la magie rituelle justement, et c’est bien ce que je compte développer plus loin.

Comment progresser efficacement en magie ?

Au tout début évidemment, il vous faudra un minimum de matériel : des bougies correctes, de l’encens en grains ou en copeaux, un calice, de l’eau bénite ou lustrale et, surtout, du sel. Après vous pourrez peut-être faire le choix d’un pentacle, d’une nappe d’autel, mais aussi d’outils plus importants tels qu’un athamé et une bolline, voire même d’un pendule, de tarots, d’oracles, etc..

En fait, tout va dépendre ici de votre type de pratique :

La première chose, c’est que je ne vous encourage pas à investir des sommes trop conséquentes dans du matériel qui peut être parfois douteux, mieux vaut en effet avoir de bonnes sources ou utiliser des objets que vous possédez déjà, à condition bien sûr de les purifier et de les consacrer.

Là deuxième chose, c’est qu’à mon sens, le matériel n’est qu’un catalyseur lorsque l’on débute (j’entends d’ici les ondes de réprobations de mes confrères), donc oui c’est utile, au départ, mais ça se dépasse, comme on le verra plus loin.

La troisième chose, c’est qu’à part 2 ou 3 des éléments que je viens de citer, on peut très bien se passer de tout ça mais c’est alors que le plus dur commence. En effet, il vous faudra choisir un type de pratique : la wicca pour la majorité évidemment, mais également le luciférisme, la chaos magick, un type de magie liée à un panthéon précis, le sigilisme, l’élémentalisme, la sorcellerie, la divination, les soins énergétiques, etc… etc… je ne vais pas faire une liste, mais vous pouvez également tout aussi bien vous tourner vers une forme de magie complètement éclectique, en d’autres termes, c’est à partir de là que vous allez devoir choisir vos outils de travail… pour commencer du moins…

Comment se dépasser complètement en magie ?

Comment se dépasser en magie ? Je dirais qu’il faut être, pour commencer, extrêmement exigeant envers soi-même.

Que vous adoptiez une seule voie ou que vous ayez recours à 2 voire 3 pratiques différentes (au-delà ça devient compliqué croyez-moi), l’essentiel, si vous souhaitez vraiment atteindre un haut niveau en magie selon moi, est de pouvoir quasiment vous dispenser de matériel. En effet, ce dernier n’est qu’un catalyseur, une béquille or, a priori, vous n’êtes pas handicapés si vous avez atteint un niveau suffisant.

Attention, je ne suis pas en train de dire qu’il faut bannir de votre vie votre athamé, vos cristaux, votre sel, etc… j’ai moi-même fréquemment recours à des supports, mais afin de dépasser réellement vos limites en magie, vous devriez être capable de vous en passer, au moins dans votre quotidien.

Premier exemple : vous avez l’habitude de charger votre nourriture (ou autre) à l’aide de vos mains, c’est tout à fait faisable par le regard, je le fais quotidiennement.

Deuxième exemple : vous avez l’habitude d’utiliser des outils, des marqueurs ou même vos doigts pour tracer un cercle magique ? Vous pouvez tout à fait le former et l’ouvrir simplement par projection, c’est ce que je fais tout le temps aussi.

Pour terminer, je dirais simplement qu’il faut être, pour parvenir à un véritable dépassement de soi au niveau magique, à la fois très entraîné et impitoyable envers soi-même. C’est dur je sais, je suis passé par toutes les phases que j’ai décrites, mais si au bout d’un ou deux ans de pratique vous vous retrouvez encore cantonnés devant un autel, à mon sens vous ne progresserez pas si vous n’arrivez pas à vous débarrasser de cette sorte de « doudou ».

Et maintenant j’attends les baffes de mes nombreux collègues qui ne manqueront pas de s’indigner d’une telle hérésie…

Auteur : Shaël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *