Le Satanisme : Vers la Gnose Noire.

“Une image vaut plus que mille mots” disait ce cher Confucius… c’est pourquoi cette image servira d’introduction, car à elle seule, elle résume la pensée sataniste moderne, et avec extension, dans une certaine mesure, illustre la magie en générale.

Le Satanisme, j’ai eu l’honneur d’y être initié par mon mentor et ami S.L.L / Sirius Lupus Lux (que vous pourrez retrouver sur ce site dans d’autres articles) qui m’octroya l’initiation et me guida dans son apprentissage, cela me permit d’œuvrer dans cette magie qui m’a toujours fasciné et pour laquelle j’ai grand respect.

Ces lignes sont une réaction à la recrudescence des propos souvent stupides, infondés voire carrément insultants à l’encontre de cette tradition et magie… qui, si l’on creuse la surface, est surtout fortement méconnue et représentée sur un contexte socio-culturel “Chrétien”, occasionnant ces rejets qui ne sont, en définitive qu’un combat d’idéologie qu’il ne convient pas de poursuivre ici. Au travers de cette article je mettrais à plat les origines de ce courant, sa philosophie, quelques spécificités de la sorcellerie satanique pour enfin terminer sur une introduction à la Gnose Noire.

I- Les origines :

Avant même de parler de “Satanisme”, il faut remonter à l’antiquité, aux premiers hébreux… ceux-ci, très marqués par les croyances Assyro-Babyloniennes et Égyptiennes en adoptèrent certaines. Eux aussi, à l’instar des Arabes croyaient en l’existence d’esprits mauvais, terrifiants, qui hantaient les lieux où l’Homme était absent : Déserts, grottes, vallées, gouffres, montagnes etc. c’est ici que l’on retrouve les premières mentions des 7 Mazzikin , ou les Seirim et Shedim. Les hébreux, en fervents monothéistes adaptèrent ces croyances à la leur, et “naturellement”, les dieux des peuples étrangers devenaient d’odieux démons usurpant la légitimité de Yahve/ Dieu (c’est cette mentalité qui servira de base à l’édification de la démonologie occidentale.) précipitant les divinités païennes telles que Diane, Hécate, Seth, Cernunnos, Pan et bien d’autres dans la Géhenne.

Aux origines, “Le Shatan” hébraïque qui devait servir de modèle pour notre futur satanisme n’était pas l’adversaire revanchard dépeint dans nombre d’art… Il est dit dans l’ancien testament qu’il est le plus puissant des anges de Yahve et qu’il se tient prêt de lui pour accuser l’Homme ( à sa droite précisément), ou agit pour lui dans des missions de mort et de destruction : “Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant l’ange de l’Éternel, et Satan qui se tenait à sa droite pour l’accuser.”  Zach 3; 1-2 ancien testament.

Ce n’est qu’à partir du Moyen-âge que la figure du Shatan hébreux, adversaire des Hommes devint “le Satan”, le « Diable », Adversaire de Dieu ! le christianisme, débordant de virulence en a fait une sorte de dieu mauvais, tentateur et malveillant opposé au “bon” Dieu. Aux dires des chrétiens d’hier, et malheureusement encore beaucoup d’aujourd’hui, les anciens cultes de la fertilité ayant miraculeusement survécus, lui étaient soi-disant dévolus. Dans des “témoignages” certains “bien-pensants” décrivaient des orgies abjectes, parfois des sacrifices et autres ignobles cérémonies… il ne s’est aperçu que bien plus tard ,qu’il s’agissait de témoignages fallacieux ou volontairement enrobés par les autorités cléricales, et à la renaissance, de la « sainte » inquisition.

Satan est décrit comme le maître incontesté du monde sensible (la Terre) et des enfers, et son empire infernal est largement inspiré des principes Manichéens et des traditions antiques. C’est à la fin du Moyen-âge et au début de la renaissance que certains “puissants” des royaumes, républiques et principautés se mirent à adorer Satan et ses cohortes démoniaques afin d’obtenir gloire, puissance, richesse et amour. Mais on pense que les prémisses du Satanisme ne virent le jour que sous le règne de Louis XIV avec l’apparition des premières messes noires (Affaire de la “chambre ardente” et des poisons; cependant, aucune preuve ne vient contester la “pratique” de messes noires avant cet événement) et ce n’est qu’au 19ème siècle, sous le romantisme et l’âge d’or de l’occultisme que l’on codifiera son culte et sa tradition qui deviendra le Satanisme. Toujours au 19ème siècle, sous l’ère de l’industrialisation,  et de la science, les poètes rêvaient que Satan se réconcilierais avec Dieu ou qu’au contraire, il se dresserait, plus ardent que jamais à prendre sa revanche… à partir de là, certains initiés et intellectuels décidèrent de codifier le rite de façon très romantique et théâtrale. Aujourd’hui encore, dans les rituels de la messe noire et autres, certaines bribes et incantations sont issues des textes du 19ème siècle.

Au 20ème siècle, la magie s’empara de “Satan” et le satanisme vint le jour sous les traits d’un culte infernal quasi Théiste, avec des techniques sorcières souvent amorales (Aleister Crowley). Actuellement, il existe un très grand nombre de cénacles et de loges se prétendant “satanistes”… prétextant à la venue d’un nouveau Reich ou d’un sadomasochisme fantasmant à des “orgies rituelles”. Mais alors, au milieu de cet océan de dégénérés, extrémistes, criminels et autres scories de notre société, existe-t-il un « vrai » Satanisme ? ou à défaut d’être « vrai », au moins magiquement éfficace ?

II-“La philosophie noire”

Existe-t-il un vrai Satanisme ?… la réponse à cette question n’est pas simple, et se divise en deux grands axes : Un satanisme philosophique (celui d’Anton Szandor Lavey) où la pratique du Satanisme ne se fait qu’au travers de l’exercice d’une philosophie hédoniste-individualiste, où Satan lui-même n’est plus un dieu mais une force de la nature sur fond archétypal employé à émanciper l’Homme de ses carcans sociaux… Le sataniste Laveyen fera siens ses pulsions et ne rejettera pas ses passions mais rejettera les dogmes et autres axiomes fallacieux, ou du moins les accepteras en âme et conscience si ils s’avéraient qu’ils servent ses intérêts. Ici , point de “rituels” magiques, seulement un décorum obscur, plus philosophique que magique, faisant du Sataniste un néo-épicurien.

Le second grand axe concerne cette fois une tradition sorcière ô combien redoutable… héritière dans le fond et non dans la forme des pratiques du 19 ème siècle et du moyen-âge; Se voulant opposée à une chrétienté castratrice et hypocrite. Tradition sorcière dont nous analyserons succinctement les traits majeurs dans la partie dédiée.

Philosophiquement, qu’il s’agisse d’une tradition sorcière ou d’une doctrine philosophico-spirituelle, le fond a de nombreux points communs avec le « Satanisme Laveyen »… comme par exemple cet attachement à un hédonisme individualiste. Le sataniste recherche son propre bonheur, et pour cela il vit comme il l’entend, sans faire d’a priori par rapport à des normes sociétales ou religieuses… d’ailleurs, bien souvent il rejette le dogme sous toutes ses formes. Bien que le Satanisme Théiste (donc considérant Satan et son empire infernal comme des entités bien réelles), lui rejette l’emprise chrétienne et la notion de “péché” qu’il considère comme castrateur de la pensée et de la « vraie » liberté telle qu’appréhendée par le Sataniste, il agit bien souvent, dans la croyance, d’un christianisme “à l’envers” qui n’est, en définitive, qu’un autre dogme.

Autre point, l’approche du personnage de “Dieu”, soit , pour les Satanistes théiste, Dieu est Satan, et le “mauvais démiurge” n’est autre que le Dieu du christianisme. Soit, l’adepte œuvrera pour une auto-déification, considérant que le personnage de Satan n’est qu’un tremplin pour atteindre son idéal de connaissance et de pouvoir, et délaissant le personnage de “Dieu”, le considérant comme un être dépourvu d’une quelconque bienfaisance et pouvoir… pour illustrer ces derniers mots, j’ai apprécié le passage de Nahéma-Nephtys dans son “Prince de ce monde – Précis de démonologie occidentale -édition jourdan” : “ En fait le monde ne subsiste que par la mort qu’il porte sans cesse. Et Dieu dans tout cela ? Si le Dieu créateur a créé le mal qui sévit sur Terre, il est mauvais. Si ce n’est pas lui, alors pourquoi dit-il qu’il est le seul Dieu ? Si n’ayant pas créé le Mal, il n’a pas pu l’empêcher, alors il est impuissant. S’il n’a pas voulu l’empêcher, alors il est méchant. Et s’il a comme la religion l’enseigne, donné le libre arbitre aux Hommes, il nie son omniscience par une telle erreur de jugement qui précipite sa création dans une dégradation effroyable.  La perfection ne peut qu’engendrer la perfection. Pourquoi, dés lors, un Dieu parfait, peut-il créer cette terrible imperfection qu’est le Monde ? Si nous sommes à l’image de Dieu, ce dernier doit être foncièrement méchant et indigne de l’idée que nous nous faisons de la Divinité.” Chacun verra dans ces quelques lignes, matière à réflexion.

III- La Sorcellerie Sataniste

Le Satanisme,  Comme TOUTES MAGIES, permet des opérations de guérison, maléfices, retours affectifs, envoûtements, désenvoûtements… et même Exorcisme ! assimiler cette magie à de la simple et très caricaturée “Magie noire” est d’une ignorance et d’un manque de respect intolérable ; Cependant, elle est une des traditions sorcières faisant partie des Arts noirs et est qualifiée bien souvent par le monde religieux et profane de “magie noire”… bien que ces appellations soient une tentative naïve de classification, elle est partiellement vraie… puisque les entités intervenant majoritairement dans le cadre du Satanisme sont les démons , qui sont, nous le verrons, des entités attachées au magnétisme terrestre.

D’ailleurs… qu’est-ce qu’un démon ?  le mot « démon » est relativement récent , il a pour racine le mot grec « daïmon » , qui signifie “esprit”, l’on distinguait dans l’antiquité hellénistique les bons esprits , et les mauvais , respectivement « Agathodaïmonês » et « Cacodaïmonês« . Ces mauvais esprits , hantent depuis l’aube de l’humanité les pas de l’Homme et font trembler les populations à la seule prononciation de leurs noms; on considérait que ces créatures , souvent mi-hommes , mi-animales (vestige d’un totémisme animiste primitif) étaient les fidèles compagnons de la mort ,des vents destructeurs, des épidémie , des famines , de la ruine et des catastrophes naturelles. Certaines de ces créatures sont vraiment terribles , et encore aujourd’hui très redoutés même des praticiens les plus expérimentés , celles-ci sont entre autre PAZUZU (détails plus en avant) Samaël, Belzébuth, Bélial, Baal , Moloch, Lilith (la Lilith Satanique) etc…

Les démons et anges déchus

les anges déchus:

Dans la tradition hébraïque récente (1er siècle av J-C pour le livre des Jubilés et environ -150 pour le livre d’hénoch) où il est question du mythe des anges déchus, partie apocryphe de la genèse Biblique, ces anges (veilleurs) désobéirent à Dieu et forniquèrent avec les « filles des Hommes » , ce qui engendra la race des fameux géants , ou Néphilims (esprit-souffle), par la suite , l’Eglise chrétienne telle qu’on la connaît reprit ce mythe et confondit Semiazas (Hénoch) ou Mastema(Jubilé) avec Lucifer. Ces entités sont utilisées dans nombres d’opérations magiques, se comportant comme des “démons” suivant la polarisation traditionnelle dans lesquels on les emploie. elles possèdent leurs propres attributions et sont bien souvent inféodés à un démon supérieur.

Les démons:

Entités supérieures que l’on peut conjurer , évoquer , ou invoquer afin d’obtenir quelques avantages pourvut que l’invocation correspondent aux fonctions du démon. Les sorciers et mages ne considèrent pas les démons comme foncièrement maléfique, c’est l’intention qui polarise l’action de l’entité , car les fonctions magiques du démon sont toujours en dualité , prenons l’exemple de Belzebuth qui donnent secret et connaissance , mais il possède également la fonction de répandre l’orgueil , de falsifier les cultes et d’être l’impulsion de création des sectes.
Il existe les démons « barbu » qui sont les démons pouvant dévoiler les secrets hermétiques donnant lieux à la trouvaille du grand oeuvre.
*Les démons Cataboliques qui sont ceux enlevant les Hommes pour les démembrer.
*Les démons Nécrophages qui sont des démons sous la tutelle d’Eurynome prince de la mort , des entités relativement faibles qui se nourrissent des énergies résiduelles sur les cadavres et participant au processus de dégradation physique par la dégradation des corps supra-physiques.
*Les démons de midi sont des démons qui se conjurent exclusivement à midi heure solaire , c’est l’heure des manifestations , polteirgeist , l’heure de l’apparition des succubes et incubes , les démons de midi sont en générales très puissants.
*Les démons familiers sont des démons placés à la tutelle ou à l’aide du mage par le Biais d’un démon supérieur, il ne peut agir cependant que dans le champ d’action que lui permet ses fonctions , un démon peut devenir le familier d’un mage également lorsque le mage contracte un pacte (la métaphore de la vente de son âme qui sera développé plus en avant) , après , c’est aux risques et périls du mage , mais cette opération est fortement déconseillé.

Le démon a son propre caractère , souvent furieux , rarement doux comme des agneaux , ils sont des égrégores chargés depuis des siècles, des millénaires et sans doutes sont ils là de toute éternité… ils sont notre reflet et se nourrissent de nos passions inconscientes ,on peut les considérer comme un “réceptacle” des vicissitudes de notre espèce. Mais la dualité joue également;  Les démons, lors d’une conjuration (valable pour toute les entités) , un lien empathique se créé avec des échanges de flux, échanges qui seraient la cause de certains « petits désagréments » psychiques. Pour l’invocation de certains démons, ceux-ci sont si puissants et si hostiles à l’Homme, que les cercles et autres protections ne peuvent les arrêter, causant bien souvent la mort du mage… c’est par exemple le cas d’Aguares, de Beelzebuth, Moloch etc.

La Sorcellerie Sataniste a cependant quelques spécificités bien à elle, qui sont intrinsèques à la plupart des Arts noirs… développés de manière plus conséquentes dans le livre de Sirius Lupus Lux “Magie Satanique Pacte et Messe – Edition livre en papier”, je me dois d’en citer quelques unes :

  • La destruction identitaire par l’exaltation des passions et des “vices” : En effet, les voies de la main gauche sont ce qu’on appelle alchimiquement une “oeuvre au noir”, une destruction volontaire pour une reconstruction plus ordonnée de la personnalité, sauf que si celle-ci est délaissé au profit de la culture des sentiments de puissance et de “l’égo”, cela aboutit à une destruction pure et simple de soi-même, pouvant conduire à la folie et à bien d’autres troubles physico -psychiques.
  • Troubles physiques causés par la régularité de la pratique : Le Satanisme, outre les entités le composant et pouvant agir comme des “moteurs” dans le cadre de pratiques sorcières, emploi l’énergie de la Terre, énergie Chtonienne et négative qui a eu raison de beaucoup de praticiens (causant Cancer, accélération du vieillissement etc.)

Outre certains inconvénients, la Sorcellerie Sataniste a le mérite d’être une pratique sorcière d’une très grande puissance et d’une très grande efficacité de par l’emploi des égrégores qui la compose…comparé à d’autres traditions, elle est souvent expéditive, parfois imprévisible et ô combien redoutable.

IV- Quelques Démons

Satan  :

Une des représentation de Satan lors d’une Messe noire.

Dans les traditions rabbiniques , Satan signifie « l’adversaire », aurait été créer le 6ème jour, en même temps qu’Eve. Il était le plus beau des anges , très jaloux des Hommes , il voulut les perdre à tout prix. Il est au service de Dieu et est le grand accusateur de l’humanité (il siège à la droite de Dieu), il est le plus puissant des anges jamais créé , possède 6 paires d’ailes. A partir du moyen-âge , un nouveau Satan apparaît , il n’est non plus l’adversaire de l’Homme mais devient l’adversaire de Dieu, le christianisme en a fait un dieu méchant , « prince de ce monde » dans le nouveau testament , il a comme fonction magique de présider à son culte , et par cela , il ne se conjure jamais ! il est évoqué comme égrégore principal , les pactes avec lui sont également pure folie , tout pacte contracté avec le roi des Ombres détruirait irrémédiablement le contractant tant la densité énergétique de cet égrégore est puissante. Il n’est pas une figure exclusivement malveillante (n’en déplaise à certains), il est celui qui donne aux Hommes ce qu’ils veulent, qu’il s’agisse de la mort du voisin, de faire revenir sa femme ou de guérir d’une maladie.

Lucifer :

Etymologiquement « celui qui porte la lumière », il ne doit en aucun cas être assimilé à Satan. l’Eglise telle qu’on la connaît reprit le mythe des anges déchus et confondit Semiazas (Hénoch) ou Mastema (Jubilé) avec Lucifer , erreur de traduction du mot hébreu « hillel » qui était désigné pour parler du souverain babylonien et non de Lucifer. Il est une entité « Télétarque » (qui confère les mystères de l’initiation), dans les courants gnostiques , il était quasiment l’égal de Jésus voire un épithète de Jésus lui-même… l’Eglise prenant peur discrédita son culte. Il était courant que ces gnostiques , prenaient le nom de « Lucifer » , ce qui laisse à penser que ce n’était pas , à l’origine, péjoratif. De plus , Lucifer représente l’étoile du matin , c’est à dire Vénus. Il représente la polarité masculine de l’androgyne Lucifer/Lilith de la Wicca Occidentale luciférienne , La diabolisation de son culte par l’Eglise en a fait un puissant démon, grand justicier des enfers, maître de tous les esprits rebelle. Il est également un démon planétaire lié à la Lune.
Il préside à la femme , à l’enfant , à l’art, à la création et à la voyance, il donne le génie , la connaissance et confère l’inspiration.

Lilith :

Divinité d’origine assyro-babylonienne (Lilîtou), elle est passé dans la démonologie hébraïque comme une terrible démone, liée à la lune et à la nuit, championne du matriarcat , de la féminité et du féminisme, luttant contre le mâle et détruisant les progénitures masculines. Les hébreux y virent l’ennemi de la famille, rebelle aux unions , haïssant au point d’anéantir toute progénitures , elle protège les femmes indépendantes et sans enfants, elle aurait été créée en même temps qu’Adam , voire avant lui. Elle se rebella contre “l’éternel” , et s’enfuit d’Eden , Adam , lamenté de son absence , l’éternel envoya trois anges la ramener  , celle-ci refusa vigoureusement , elle rencontra Samaël , et naît de leurs étreintes , enfanta une multitude de démons , appelés Linilim , Shedims, et rouchims, de ce fait , l’éternel la punit , chaque jours cent enfants de Lilith mourront , mais en compensation , Lilith aura le droit de tuer les progénitures mâles dans les 8 jours après leurs mise bas , et dans les 20 jours pour les progénitures femmes toutes issues de filiation Adam et Eve. Elle est également la reine des Striges, avec sa soeur Nahéma.
Lilith est lascive , elle dirige les incubes et succubes, pousse les femmes à jouir de leur corps et leur procure orgasme et passions érotiques, mais elle est surtout la meurtrière d’enfants en bas-âge, l’avorteuse, l’infanticide, on la dit également voleuse de sperme, utilisant la semence des hommes pour enfanter d’autres démons, elle peut même usurper l’identité de l’épouse légitime pour provoquer des rêves érotiques.

Samaël / Sammaël :

nom qui signifie « Venin de Dieu » ou “Poison de Dieu”, dans la tradition Rabbinique , il est l’ange de la mort, il serait vêtu de feu , fait lui-même de feu, possédant 6 paires d’ailes, et tient un glaive dont le bout contient une toxine mortelle, il tue en faisant couler une goutte de poison dans la gorge de ses victimes, il est souvent représenté sous la forme d’un serpent , ce serait lui le serpent dans la genèse que l’on nomme « Nahash ». Considéré comme un Ange rebelle , il est l’inventeur de la vigne , les textes apocryphes le confondent souvent avec Satanaïl, Mastema et Semiazas. Il est le père de tout les démons et démones car il est uni avec Lilith, il est le prince des enfers et seigneur de la mort, on le confond aussi souvent avec Lucifer , à tort. On le dit androgyne, sa personnalité mâle étant Léviathan , son principal ennemi est l’archange Michaël, il est décrit par les gnostiques comme le mauvais démiurge qui se travestit en lumière pour aveugler les Hommes , de ce fait il est souvent représenté aveugle.

Pazuzu :

Divinité mésopotamienne , fils de Hampa, roi des mauvais esprits, commandant les esprits de l’air, c’est l’un des 7 mazzikins et certainement le plus terrible et dangereux , car il propage les maladies et les épidémies (spécialement la malaria) et sème la dévastation partout où il passe. Il habite les montagnes et surgit dans les grottes.

Les Mazzikins :

Dans la tradition mésopotamienne , les démons se comptent par 7 , ainsi , les démons-maladies sont les 7 plus célèbre : Pazuzu , Inanna, Ishara, Hamastu, Ningishzidda, Mashkadu et Ardat-Lilî , les classifications par 7 sont fondés sur la doctrine du chiffre 7 qui représente la totalité du monde en mouvement et la présence d’un cycle dynamique, ainsi , les conjurations des messes noires actuelles ont été inspirés de cette doctrine antique.

L’empire infernal compte bon nombre d’autres entités… mais il m’a semblé intéressant de traiter ceux-ci en priorité pour tordre le coup à certaines idées, qu’elles soient religieuses ou tout simplement erronées tout en étant fortement ancrées.

V- Quelques questions couramment posées :

1) Qu’est-ce que c’est que “Vendre son âme au diable” ?

L’expression “vendre son âme au diable” n’est ni plus ni moins qu’une métaphore qui entre en jeux durant la pratique des “Pactes”; Cette technique, avec la messe noire, est caractéristique de la tradition satanique et permet une “possession” volontaire durant un temps donné (ou pas) dans le but d’acquérir les attributs du démon invoqué. Ainsi, vous désirez être plus intelligent, plus vif  ? vous décidez de pactiser avec Méphistophélès… vous effectuez le rituel, et après quelques temps, les premiers effets apparaissent, vous voyez votre curiosité se décupler, vos capacités mémorielles s’améliorer, vous avez tout pour “devenir plus intelligent”, sauf que tous les démons ont des attributs “handicapants”, au fur et à mesure que le démon s’insinue dans votre psyché, les attributs positifs ressortent, mais également les attributs négatifs… ainsi, pour Méphistophélès, vous deviendrez Orgueilleux, imbu de vous même, arrogant etc. à votre insu et sans possibilité de contrôle. Ici,”l’âme” désignant l’essence de vous même, est une analogie de la personnalité qui est votre essence, et qui change sous la pression de l’entité.

2) Peux-t-on invoquer/pactiser avec Satan ?

Comme dit ci-dessus, l’amplitude énergétique de Satan est telle que toute invocation serait mortelle… il en est de même des pactes. J’en vois venir certains…: “mé mwa jé pactisé avec Stan, é le mètre ma doner bocou de pouvouares” ! conclusion, rituélie foireuse, elle aurait tenue la route, tu ne serait plus là pour raconter ces cracks. L’idée même d’invoquer Satan vient des œuvres littéraires et cinématographiques où il est vu comme un simple démon… alors qu’il est l’égrégore divin de la tradition entière… vouloir l’invoquer reviendrait à vouloir invoquer Dieu dans les magies Ouraniennes, Ou Kâli ou Hécate dans les courants Hindou et hellénistique… impensable.

3) Satanisme rime avec Sacrifice ?

Le Satanisme utilise beaucoup d’égrégores anciennement divins (dieux païens) et démons, ceux-ci ont été pendant très longtemps chargés par les sacrifices du clergé en place… ces égrégores ayant atteint depuis longtemps leur autonomie, les sacrifices sont donc prohibés pour des raisons éthiques et légales, toutes personnes se targuant d’avoir égorgé une colombe, un crapaud ou n’importe quel autre animal pour ses pratiques “magico-religieuse” est bon à enfermer et n’est ni plus ni moins qu’un criminel de la pire espèce. Aujourd’hui, aucun sorcier ou mage digne de ce nom ne tueras pour le déroulé de ses pratiques, il existe des alternatives bien plus pratiques comme par exemple l’emploi de sang lyophilisé ou récupéré dans une boucherie… ou mieux ! en “essorant” et en récupérant le sang de cuisson de votre steak de midi !

4) Je veux le mal sur Terre… suis-je Sataniste ?

Il m’est arrivé de “rencontrer”, sur des forums et autres de nombreuses personnes se targuant d’être Sataniste parce qu’ils voulaient le mal sur la Terre, la mort de pauvres gens (souvent d’ethnies différentes) et la Guerre. Ces personnes, à l’instar de la partie “Sacrifice”, sont des personnes visiblement pas trés trés bien dans leurs tête, qui n’ont rien compris à la philosophie du satanisme et projettent leurs désirs macabro-destructeur sur une tradition qui ne leur convient pas. Le satanisme (CF la partie philosophie) est une voie spirituelle d’émancipation des carcans sociaux, pas une secte complotiste où les gens viendraient libérer leurs frustrations en massacrant quelques pauvres personnes, animaux etc. il n’a rien à voir avec la criminalité qui découle des cerveaux malades qui se l’approprie.

5) Dois-t-on croire en Satan et ses démons pour pratiquer ?

La foi est un moteur certain participant à l’efficacité des opérations….mais est loin d’être indispensable, bien au contraire, la foi engendre l’affect, qui est une des premières causes des “chocs en retour” auto-suggestif (voir l’article à son sujet). De plus, la réalité des entités ne s’exprime pas seulement à travers la foi, le phénomène “égrégorique” ne découle pas de l’appartenance à un dogme, l’entité est vue comme un agglomérat de pensée , programmé selon les attributs voulus… l’on peut être Athée et invoquer des démons, anges, n’en déplaise aux “biens-pensants”.

7) J’ai croisé un type habillé de noir, cheveux longs, barbe longue et écoutant du ACDC… c’est un suppôt de Satan  ?

Le Satanisme est un phénomène socioculturel… s’exprimant aussi bien dans la littérature, le cinéma que la musique, j’ignore d’où vient ce rapprochement du “le rock/métal c’est la musique du démon” mais un style vestimentaire ou une appartenance à un goût musical en particulier ne fait de personne un suppôt de Satan, pas même l’appartenance idéologique ! un raciste ne bosse pas pour Satan, un tueur n’oeuvre pas pour Satan, un pédophile ne recrute pas pour Satan. et ceux le croyant, sont au moins aussi bon à enfermer que ces gens-là. (vous vous souvenez ? ces fameux “biens-pensants”.

8) Ok pour le sacrifice…. mais le viol et le sexe c’est inhérent au Satanisme ?

Comme expliqué dans la partie “Philosophie”, le Satanisme fait siens les passions humaines. Satan n’est pas le mal, il est celui qui exauce les désirs des Hommes, que ceux-ci soient positifs ou négatifs, et dans ce cas, le viol est un comportement criminel tout à fait prohibé qui a plus affaire avec les pathologies psychiatriques que le Satanisme authentique. Le sexe, quant à lui, s’effectue dans un cadre magique bien précis, “la Magia Sexualis” qui est une technique d’envoûtement redoutable, peut être exaltée par un contexte traditionnel satanique (Ici, l’égrégore divin agira comme un galvaniseur du désir, désir qui est proportionnel à l’énergie émise servant à l’envoûtement, en conclusion : + de désir = + d’énergie servant à l’envoûtement), en aucun cas , comme j’ai pu le lire ci-et là, il est question de partouzes infâme où l’officiant se “mélange” avec ses ouailles, cela n’a aucun effet magique et ne sers qu’à renflouer les comptes de personnes utilisant le satanisme comme décorum pour leurs “activités”. Pour conclure, tout ce qui concerne le viol et les pratiques criminelles, c’est l’apanage de malades mentaux, et non de satanistes.

9) Bon bah… au final, qu’est-ce que c’est être Sataniste ?

Être authentique, être soi-même, se plier qu’à ses codes, repousser ses limites et chercher la Vérité sous toutes ses formes. Assumer ses actes, ses passions, canaliser ses vices voire chercher à les transmuter, devenir meilleur. Le sataniste n’aspire pas à quelque enfer sur cette Terre, il n’aspire pas à un avènement du mal ni au crime… cela est, je le répète (et sans doute jamais assez), l’apanage de fous dangereux. Le satanisme est une philosophie et une pratique sorcière qui a autant de légitimité que la Wicca et ses dérivés, que le paganisme, le Hoodoo ou n’importe quelle autre pratique sorcière.

V- Introduction à la Gnose Noire

Vient le moment de parler de cette fameuse notion de “Gnose noire”… qu’est-ce ? la Gnose est, de base, une philosophie ou succession de clés ésotériques permettant d’approcher les secrets du Divin. Dans ce cas-ci, la Gnose noire est une approche d’auto-déification par l’exploration de sa “part d’Ombre”, c’est à dire l’abattage des “frontières” et des “normes” qui maintiennent l’individu dans un état de soumission et d’ignorance, tant de son environnement que de sa propre nature. La Gnose noire est donc un terme désignant, dans l’ensemble, les arcanes des arts noirs pour son propre développement personnel en empruntant la voie senestre.

Comme nombre de voies, “l’adepte” doit recevoir un “appel”, être réceptif à cette forme de Magie et de philosophie… c’est un chemin lourd de par les énergies employées, et qui est loin de convenir à tout le monde. Le chemin qui attend les arpenteurs est semé d’embûche et les pièges pouvant mener à la folie ne sont jamais bien loin, en cause ? la mortification devant notre nature profonde… une vision qui, pour beaucoup s’apparente à une vision d’horreur quasi traumatisante.  Le cheminant des voies senestres se voit “aidé” par les entités de “l’Ombre” que sont les démons… celui-ci les utilisera pour son profit afin d’évoluer vers son idéal magico-philosophico-spirituel.

En s’engageant sur ce chemin, déjà les premiers Gnostiques, en essayant d’approcher le Divin par quelques cérémonies de sublimation, atteignaient bien souvent leur propre divinité, ce qu’on appelle “l’âme” qui est sensé être la part de divinité offerte par le démiurge. Pour ce qui est de la Gnose noire, l’adepte tentera de se connaître, d’explorer les recoins les plus reculés de sa conscience et de son inconscient, toujours dans un but d’auto-déification… à terme ? une connaissance poussée et avancée des arcanes noirs, de la magie, une sublimation par l’acceptation de sa nature profonde, pour les plus audacieux, le terme “d’auto-déification” n’est pas employé à la légère, je pense aux pratiques Vampyriques et au renforcement des corps supra-physiques pour obtenir une forme d’immortalité post-mortem, ou de “pouvoirs” importants (qui ne sont, en finalité, qu’un prolongement des facultés humaines latentes chez tout un chacun) de son vivant… en bref, une véritable “oeuvre au noir”.

Pour conclure cet article, j’ai espoir que chaque lecteur, peu importe son “bord”, a trouvé matière à la réflexion, à la remise en question et a su amener à satiété sa curiosité et ses interrogations. J’ai conscience qu’il s’agit d’un cheminement très décrié pour nombre de raisons déjà cités ci-dessus… j’ai eu la chance de recevoir certaines de ces clés… arrivant à la finalité : quel piètre sorcier et humain serais-je si je n’essayais pas de transmettre le bonheur que j’ai ressentie lors de mes pratiques sorcières? cet article n’intéressera pas tout le monde, j’en ai pleinement conscience, mais l’écrire et le partager, revient à partager un peu de moi même… et si je peux, en plus, faire avancer certains, quoi de mieux ?

Auteur : Astérion Sesthis

3 pensées sur “Le Satanisme : Vers la Gnose Noire.

  • mai 5, 2020 à 7:39
    Permalink

    Bonjour Astérion,

    J’avais pourtant cru que les adorateurs de Baal passaient les enfants par le feu ? (enfin d’après les textes de l’ancien testament)

    Répondre
    • mai 7, 2020 à 10:35
      Permalink

      Salut Hélène,

      Je ne peux pas répondre à la place d’Astérion m’enfin quand tu lis l’ancien testament, celui qui a commis le plus de meurtres de masses et d’infanticides également parce qu’il était juste un peu vexé… C’est Dieu, il aura toujours la palme pour ça !

      Répondre
      • mai 8, 2020 à 8:58
        Permalink

        Bonjour Shaël,

        oui j’ai « étudié » la Bible pendant quasiment 20ans voir plus vu que je suis née dans une «  » » »religion » » » » chrétienne intégriste. Des choses qui me semblaient absurde et me faisaient bondir à l’époque sans sombrer pour autant dans le féminisme en tant que fille, femme. (soumission, viol « consenti », meurtre, torture, sans parler du massacre des premiers nés en Egypte lors des 10 plaies, etc.) Sachant qu’il y a une fracture entre l’ancien testament et le nouveau testament où le Christ apparaît aux opposés du Dieu des IsraËlites …
        Dans mes pratiques, je suis allergique à ce qui peut se rattacher à ce dieu sans pour autant vouloir le contrarier (hasard ou non, lorsque j’ai « prié » ou je n’en sais rien disant que je n’attendais rien de lui de façon peu agréable, j’ai eu une canalisation d’eau qui a pété dans l’heure qui suivait dans ma salle de bain et qui a inondé ma chambre)

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer