Prière et Magie: pourquoi c’est pareil, et différent aussi.

Ayant beaucoup prié au cours de ma vie, je peux l’affirmer, la prière, « ça marche ».

Que ce soit pour améliorer la santé d’un proche ou pour un problème professionnel, ou encore, pour évacuer une peur ou un chagrin tenace, la prière est d’une grande efficacité.

La chose est simple, faisable n’importe où, n’importe quand: il suffit de s’adresser à la divinité de son choix et de lui adresser une requête sous forme de « Mon Dieu, permet que…  » ou encore « Sainte Marie, aide-moi à… »

J’aime prier en marchant. Les deux kilomètres à parcourir pour arriver au bureau me permettent de parler aux dieux, à l’Univers, et à ces invisibles qui nous accompagnent afin de demander leur protection ou d’exprimer ma reconnaissance. Je disperse la négativité qui m’assaille grâce au vent, je salue le Soleil, les arbres sur mon chemin. Tout cela c’est un début de prière.

Ensuite j’exprime mes griefs, mes attentes, je pose des questions… j’évacue mes doutes, l’Univers va s’occuper du reste – et surtout que me soient toujours donnés la sagesse nécessaire pour accepter les choses inévitables. Je remercie, je m’exalte et m’enthousiasme, et la journée démarre avec confiance.

L’acte magique se distingue de la prière car, son but est de produire des effets, de mettre en oeuvre activement les forces de l’Univers pour favoriser une situation bénéfique, ou nocive. Dans ce cas, les êtres invoqués (divinités, anges, forces de la Nature ou autres esprits) ne sont plus des médiateurs, mais des exécutants subordonnés à la volonté du Mage dans le but de produire des effets. Le Mage ordonne, les esprits exécutent. Il faut noter que, lorsque le Mage évoque ou invoque les divinités, il en utilise le principe, plutôt que la divinité elle-même. En gros, le Mage utilise la force et les compétences attribuées à la divinité, plutôt que la divinité proprement dite.

En revanche, dans la prière, on ordonne pas… on prie. La divinité est une fin en soi, dans la mesure où elle n’est pas considérée comme un moyen ou un exécutant. La célèbre phrase de Jésus: « Que ta volonté soit faite » en est la parfaite illustration.

Il est certain que, plus la prière est sincère et vient du coeur, plus elle a de chances de se voir entendue et exaucée. Il nous est demandé de prier avec foi, dans de nombreux textes sacrés, particulièrement dans la tradition chrétienne:

Jésus leur répondit: Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi et que vous ne doutiez point, non seulement vous feriez ce qui a été fait à ce figuier, mais quand vous diriez à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, cela se ferait. 22 Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez.

Matthieu 21:21 -22

Mais quelle que soit la divinité à laquelle on s’adresse, nous mettons en route au moins deux mécanismes fondamentaux communs avec la pratique magique: il s’agit de la formulation d’une intention, et d’une foi à bouger les montagnes.

Alors que le Mage invoque ou évoque (c’est selon) avec confiance et puissance, les forces nécessaires à l’accomplissement d’un but, ou que la Sorcière prépare une potion qui guérira celui qui la boira, celui qui prie semble plutôt se trouver dans la position de quelqu’un qui plaide sa cause, implore, demande. Ce n’est pas tout à fait vrai cependant. En effet, les gens qui prient quotidiennement et qui ont établi une relation personnelle avec leur divinité, savent qu’en demandant avec énergie et foi, en revendiquant avec confiance, alors, leur prière sera exaucée.

Alors, est-ce que la prière est magique? Oui, sans hésitations. Au risque de paraître iconoclaste ou blasphématoire, je dirais que la prière est de la « magie facile » – ce qui n’enlève rien à sa redoutable efficacité. C’est fondamentalement la forme de magie que j’utilise le plus, au quotidien, et c’est ce qui m’enrichit le plus.

Le catholicisme romain (entre autres) entoure de nombreuses prières de rites magiques à proprement parler: fumigations, cierges, gestes rituels – pour la plupart plagiés de cultes païens plus anciens, et destinés à soutenir et renforcer l’intention et la concentration, ainsi que la foi du fidèle (le rite accompli, la prière aurait de plus grandes chances d’être exaucée).

Certaines prières sont d’avance plus « chargées » que d’autres (par exemple, le Notre-Père ou, certains Psaumes) et protègent ou rendent justice à ceux qui les récitent avec foi. Mais la prière sincère qui sort de vos tripes, sera tout aussi efficace par l’émotion et la foi que vous y mettez.

Encore un conseil: apprenez à connaître vos divinités, et établissez une relation dynamique avec elles. Parlez-leur, brûlez fréquemment des bougies ou de l’encens à leur intention et l’efficacité de vos prières n’en sera que renforcée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *